Bélize en Avril

Trips et voyages

Modérateurs : boZZo, stef

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 6815
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Toulouse

Bélize en Avril

Message par balboxl » sam. 16 avr. 2022 00:58

Petit trip familial, avec arrêt chez ma Texane de sœur, puis Belize city, et enfin je me fais kidnapper et mettre dans un petit tagadou (Cessna 8 places, et recalage de l'embarquement 3 heures plus tôt !) direction Placencia.
IMG-20220415-WA0014.jpg



Grosse crainte, mais au final, le boardbag a suivi. Vu les prev' lightounes, dedans, y a magik sonic ("jamais sans ma 15!"), le foil, et j'ai hésité à prendre un TT, mais au final, j'ai foutu la petite kooka 122*34.

J'arrive donc avec encore l'après midi devant moi, après un superbe vol.
IMG-20220415-WA0010.jpg

Je regarde les lignes de sargasses vues du ciel... J'ai peut être bien fait de prendre le TT moi!
L'aérodrome paye pas de mine, petite bicoque au bord de la route, c'est très très cool.
IMG-20220415-WA0015.jpg


Je pose quelques affaires à la marina côté lagune, puis 200 mètres à pattes et me voilà côté mer.
14-18 nds, plage hyper étroite, vent side-on....
Dans le jeu kite, dans la famille "session à la hon", je demande "décollage sketchy"...

Je redoute chaque employé d'hôtel qui passe, un vient me voir mais par curiosité, pas pour me virer. Les plages sont assez désertes, personne ne se baigne (sargasses accumulées au bord), et je me suis mis en face d'une partie d'hôtel qui a l'air abandonnée.
IMG-20220415-WA0017.jpg



Le mec me dit ok pour que je décolle sur la plage de la partie entretenue, c'est la zone la plus "large".... Enfin, faut l'écrire en petit, large .
Le déco se passe bien, pour une fois je peux vous dire que j'ai été méticuleux.

Bonne session dans du très régulier, 14-18 en fonction des cumulus assez hauts.
Boardoff, darkslides, frontroll one foot, frontroll handwash, double back handwash, tout passe malgré un clapot pas ouf, qui se transforme parfois en un mini train de 60 cm.
IMG-20220415-WA0019.jpg
L'idée de faire un drift launch depuis le ponton m'a traversé l'esprit... Et non, je me suis même pas amusé à sauter ce ponton.


Ça manque de flat mais je me suis dit que c'était pas quand ça sera plus light (annoncé faiblissant en milieu de séjour) que je ferais des darkslides, encore moins en foil :lol:
Au final, bonne session, posé aile sèche, en me faisant aider par un passant, moi complètement à l'intérieur de la plage, les lignes passant à travers deux rangées de cocotiers...

Bref, trip familial, qui part plutôt bien côté kite sur un malentendu, mais pas sûr que ça dure, et pas sûr qu'avec les sargasses, ça soit un super plan pour le foil.
Dernière modification par balboxl le dim. 29 mai 2022 22:34, modifié 1 fois.
58kg-FS So3 15+9, Boost2 5, Pansh Hawk 6, Kestrel 15+6, Crazyfly Hyper 7 2020
TT Kriss Custom Kookaboora 122x34 et 132x35, Foil Rupel F-1, Crazyfly F-lite 99x44, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 6815
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Toulouse

Re: Bélize en Avril

Message par balboxl » dim. 24 avr. 2022 13:35

Petit teaser : le lendemain samedi, rien.
Avito du bateau, puis le temps de se trouver une marina, il est déjà relativement tard (16h, le soleil tombe vers 18h, mais alors, il tombe vraiment d'un coup !). Donc je joue pas, j'observe le vent.
Les 3-4 premiers jours, ça a fait comme le windguru indiquait : 5 nds le matin, 8 dans l'aprèm, et 10-15 à partir de 16-17h, jusqu'à assez tard dans la nuit.
Sorte de thermique bien décalé par rapport à nos habitudes européennes. Je sais pas si ça ne serait pas dû au fait que l'eau soit très chaude...

En plus, pas de zone de décollage, c'est uniquement de la mangrove. Avec un petit drift launch ça passerait, et l'île est complètement creuse, avec lagon interne et passes dans la mangrove pour le rejoindre, ça pourrait être assez marrant.
1.jpg
mangrove à la hon...


Pas de moustiques, mais des nonos (très petites mouches des sables, invisibles, mais qui laissent des piqûres qui gonflent bien) à l'heure fatidique classique (la dernière heure du choleil coulant).

Le dimanche, pas trop d'air, pas trop de zone de décollage -> pas trop de session.

La suite commence après 🙃, mais pour ça, me faut pouvoir ajouter quelques photos.
En gros, ça a nav' toutes les après-midi presque, la plupart du temps en foil.
58kg-FS So3 15+9, Boost2 5, Pansh Hawk 6, Kestrel 15+6, Crazyfly Hyper 7 2020
TT Kriss Custom Kookaboora 122x34 et 132x35, Foil Rupel F-1, Crazyfly F-lite 99x44, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 6815
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Toulouse

Re: Bélize en Avril

Message par balboxl » lun. 2 mai 2022 20:29

Le lundi, première nav' foil. Le vent se lève en fin d'aprèm, du 8 nds évoluant vers 14. Puis, étonnamment, rebaissant vers 8-10...
Dans ce genre d'île (j'ai pas la photo exacte) :
1.jpg


J'étends magik 15 sur la langue de sable, sur une pointe sous le vent de l'îlot. C'est déventé, j'y crois pas trop... Une tentative de la lever, mais je m'acharne pas : limite, je sens que le vent contourne la petite pointe, et vient parfois à 180°, de dos à l'aile, c'est mort. Plan B, je mets sa section centrale sur un petit bout de sable de 2 mètres par 2, qui affleure 5 cm au-dessus de l'eau, les oreilles repliées sous elle. Au moins ce banc de sable prend les 8 nds. Gonflage long, s'agit de la lever quand il y a de l'air en faisant un pas en arrière, de la reposer le plus possible sur le banc en refaisant un pas en avant... Ça finit par le faire, et session foil. Un coup dans la passe, mais y a pas de houle (un atoll d'une dizaine de milles est de l'autre côté, et casse le très peu de houle). Donc session derrière le reef.
Au choix, c'est soit sous le vent de l'île, dans un vent un peu perturbé, soit dans du vent propre, mais avec des lignes et bancs de sargasse. Quand je passe à travers en foil, vaut mieux être à vitesse modérée : trop lent, et tu perds le vol, trop rapide et tu te prends une boîte. A 10-12 nds, ça met un coup de frein, un appui déstabilisé, et 2-3 mètres plus loin, et un haut / bas, haut / bas balayant le mât ("houba houba"), l'algue a dégagée.
Cadre top mais session moyenne donc. J'arrive pas à trouver de suffisamment grands patch pour bien me caler et tenter de m'assoir ou allonger sur le foil (faut vraiment que j'ai rien d'autre à faire pour tenter ce genre de trucs), et au moment où je veux tenter un tack, y a toujours un truc : molle, rafale, ligne de sargasse,... À noter, dans une zone sans trop de visibilité sous l'eau, un arrêt buffet, lancé pleine balle. Sur le coup, j'identifie pas le truc, si ce n'est que ce n'est ni le fond, ni un tronc (trop mou), ni une algue (beaucoup trop fort)... Ce n'est que quelques jours plus tard, en m'en prenant une que je vois, que je ferai le lien : j'ai dû me payer une raie, pleine balle.

Session suivante, c'est ambiance mangrove.
2.jpg


Je pars d'une caye qui a été aménagée : complètement creuse de multiples canaux (je me suis bien marré en faisant le repérage, tout seul pleine balle dans l'annexe au planning, ambiance "star wars" ), et une zone avec une plage et du dégagé. Personne si ce n'est des chiens, je prépare tout pour décoller au plus vite. Dès que l'aile est en l'air, ça rate pas, je me casse vite dans l'eau, sinon c'est 400 mètres dobermans libre. Je m'extrais de la petite baie en une brique, passe dans le canal... Le cap sera-t'il suffisant pour enquiller le canal de 4 mètres de large ? Aile haute (mangrove oblige), 8 nds, s'agit de pas se louper. Je sors au large, inspire à nouveau, et c'est parti pour le tour des deux îles. Tour de la première île, retour downwind dans de la toute petite houle, traçage d'une grande droite plein largue dans le flat sous la première, passage entre les deux, et je pars au vent de l'autre, pour un grand 8.
Le soleil baisse, le vent m'inspire pas confiance, je connais pas les courants, je commence à être pété de loin (et invisible depuis le bateau, qui est mouillé sous le vent de la mangrove) -> ça fait un moment que la lumière rouge s'est allumée au fond du crâne, je fais demi-tour... Et 5 mètres sous mon vent et un peu derrière, je vois un assez grand requin. Pas un pointe blanche ni un pointe noire, dans les 4 mètres de long une fois enlevé le facteur 30% de surestimation qui va bien -> je me concentre sur mes appuis, et me mets dans le mode le plus rapide : celui qui n'est pas lent, mais qui ne risque pas de boîte, un 15 nds établi, compatible des sargasses, et mettant le plus de distance possible avec le requin.
Retour du côté sous le vent de la seconde île, je reste à côté du bateau du coup. On a mouillé plusieurs centaines de mètres sous le vent de la mangrove, d'un car les fonds sont faibles et remontent très progressivement (merci le sondeur qui passe à 0.0 et n'affiche rien d'utile dès qu'il y a moins d'1m50 d'eau.... :roll: ), de deux car si le vent baisse, on n'a pas envie de se faire bouffer par les nonos. Je remonte vers la mangrove, sur du glassy, dans 8-10 nds là haut, rien en bas.
Gros truc qui m'attire l'œil 3 mètres devant et 2 mètres sous mon vent, pensée fugace "je vais me taper un énorme tronc".
4.jpg
Un instant après, il s'avère que c'est un lamentin, qui est en train de plonger. On avait déjà pas mal essayé d'en voir, sur ce trip et au cours d'autres voyage, toujours brecouille... Là, c'est fait 8-) .
Je patrouille pour essayer de le revoir, sans succès. Je joue à me rapprocher de la mangrove et à poursuivre même quand le vent commence à lâcher, évidemment ça rate pas : l'aile frotte sur un jibe, je la pose, et j'attends looongtemps qu'une risée daigne se pointer, looooin du bateau... Ça repart sur un coup de pot, quelques bords pour revenir et sècher l'aile, puis retour vers l'autre île pour poser.
Je m'enquille le canal au milieu de l'île "avec de l'élan et du vent apparent, ça devrait passer", je pose direct avant que les clébards ne se ruent sur moi, mais bizarrement, petit bluff et c'est eux qui se barrent, je peux plier tranquille.

Le mercredi, pas d'air. Une très petite dizaine de nœuds le matin, permettant pour une fois de faire une courte nav' au largue réel, près apparent, on se traîne vers 6-7 nds mais au moins on est à la voile, sur une allure sympa : du vent apparent, mais sans pour autant devoir négocier chaque degré de cap, j'aime bien. Le Bélize, à part quelques coups isolés à 60 nds à je sais plus quelle période, c'est grosso modo du 5-15 nds, toujours de travers (Est, alors que les cayes sont du Nord au Sud), dans un bassin protégé de la moindre houle... Très, très pépère.

Le jeudi, on arrive sous le vent d'une caye qui, comme beaucoup, est déserte de touristes, mais animée de constructions. Je crois qu'ils en ont pris un sale coup avec le covid, et ils bossent beaucoup à faire repartir tout ça. Comble du luxe, j'ai donc un golf pour décoller :) , ça c'est très très cool 8-) . Ça change des autres déco à la con.
3.jpg


La caye est longue, entièrement entourée de batardeaux (palplanches métalliques isolant l'île), qu'on peut raser (il y a du fond tout du long). Nav' en foil encore, un peu toilé par moment, lightoune par d'autres. Je retrouve l'ambiance des thermiques à Port-St-Louis : du glassy en foil, light, bords travers - travers, avec taquet de bateaux qui passent parallèle, et dont on peut surfer la vague. Sauf qu'au lieu de pêcheurs sur des bateaux à déplacement, c'est plutôt du speed boat au planning, vagues moins grosses et plus rapides, ça surf moins, dommage.
Je rentre alors que je me mets une grosse alerte, c'est ultra light, je suis content d'atteindre la rive, je pose.... Et de retour au bateau, fin de la molle à 5 nds, 14 nds durant le reste de la soirée :lol: ...
58kg-FS So3 15+9, Boost2 5, Pansh Hawk 6, Kestrel 15+6, Crazyfly Hyper 7 2020
TT Kriss Custom Kookaboora 122x34 et 132x35, Foil Rupel F-1, Crazyfly F-lite 99x44, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Avatar de l’utilisateur
balboxl
Messages : 6815
Inscription : ven. 30 août 2013 18:59
Localisation : Toulouse

Re: Bélize en Avril

Message par balboxl » ven. 6 mai 2022 18:57

Derniers jours passés dans des cayes plus habitées.
Vendredi, Caye Caulker. La plage au vent est, comme d'habitude, ultra étroite. Et plein de pontons.
1.jpg
La plus grande plage que j'ai repéré. En plage moyenne + en 15, pas envie de jouer.


Le coin en lui-même est plutôt désert. On n'est pas gêné par le tournedos. Je sais pas si c'était la basse saison, la fin du covid (les US étaient pourtant déjà bien relax)...
2.jpg


C'est soit pas de plage...
3.jpg


... soit 2 mètres de large blindé de sargasses.
4.jpg


Bon, le déco au vent, vu qu'en plus il y avait de l'air, je le sentais pas. Me suis trouvé une zone en chantier du côté sous le vent de l'île pour étaler magik 15, et début des conneries. Gros noir qui suce au loin, 15 nds -> j'ai encore gavé de marge, j'y vais avec la 15 (j'ai emporté que la 15), et en TT. Premiers bords à côté du bateau sympa, le vent monte même. Le vent est perturbé, le front arrive, je commence à prendre 20-25 nds, et je vois régulièrement que je suis plus haut que les barres de flèche du mât du bateau, voir bien, bien plus. Y a même moyen d'enrouler du rouleau de 20-25 nds en KL hélico, ça arrache fort... " :shock: 'tain ça pousse, y a pas mal de fois où j'ai déjà été correctement toilé en 7 dans ce vent-là !".
Le grain passe mais n'est pas à son plus fort, je commence à être limite, limite, et je vais essayer de choper du plus régulier, en quittant la baie sous le vent, et en allant dans le passage entre les deux îles.
Je nav' au ralenti, capant serré, le vent monte, monte,... Passages de plus en plus longs et soutenus, au-dessus de 25 (je dirais 28 voir 30). Je me dis que m'écarter du bateau n'est pas la bonne idée, en plus entre les deux îles, ça va être moins flat, et plus de venturi. En plus, y a un second front qui arrive, encore plus foncé. Aller, on arrête les conneries, faut savoir renoncer.
J'abats donc pour rentrer... Magik sonic devient intenable, je me fais embarquer à mach balle, ça dépote au tarting, et je maîtrise quedalle. Je subis, impossible de ralentir. Si j'abats plein axe j'arrive sur les voiliers au mouillage, si je garde mon cap ça prend encore plus de vitesse....
Vient le moment où la board plante à 30 nds, les 7-8 ricochets habituels (tarif obligatoire), tellement toilé que je peux pas faire de nage tractée qui remonte au vent, je me fais hu-mi-lier. Je renonce à la board, je vois même plus où elle est, l'eau blanchit et il pleut... J'essaye juste de pas me faire arracher la combi tellement ça pousse :shock: :lol: !
Retour à la zone d'où je suis parti (le chantier plein de sal*peries et de gravats, d'où c'était cool de partir dans 15 nds, avec 5 nds au sol), je largue dans l'eau.. Je suis pressé, je veux vite plier pour aller à l'annexe chercher la board, j'enchaîne les conneries... Obligé de replier dans l'eau assez profonde, y a trop de ferrailles diverses proches du bord, je suis bouillant à l'intérieur.
Bref, je plie à l'arrache, je suis vraiment pas content de moi, et je vais chercher la board. Heureusement que ceux restés sur le bateau m'indiquent où elle est, car je commence à la chercher à 200 mètres au vent, et 150 mètres sur le côté, de là où elle est réellement.
Pas la session à refaire celle-là.

Le samedi, dernier jour, à San Pedro. Celle-là, je la joue sage... Déco sur une micro plage au vent, à côté du bateau qui pour une fois, est mouillé au vent - mais protégé par une barrière de corail.
5.jpg


Décollage en utilisant les deux mètres de large qu'il y a entre le sigle "san pedro" visible sur la photo précédente, et la ligne de sargasses. Je déroule les lignes à pied dans l'eau, une raie se pousse même pas et c'est moi qui la contourne...
Premiers bords limites pour s'extraire en foil d'entre les pontons et les haut-fond (le cata lui même est mouillé dans 1m60, avec 30 cm d'eau sous les ailerons). Je vois au dernier moment un groupe de 4 ou 5 raies, et je m'en tape une... Heureusement, j'étais à la limite du vol, au près serré, donc à 7-8 nds grand max. Quelques bords près du bateau, puis je profite qu'il y ait 10-14 nds établis, pour aller jouer dans la passe.
Sur la trajet, je vois une belle et large raie léopard à 3-4 mètres devant, j'abats et ça m'amène direct sur sa copine, et celle là c'est elle qui m'évite... C'était pour le moins brouillon. Et les raies léopard, c'est connu pour bien latter quand ça pique.
6.jpg
En haut, la passe avec les vagues, et au milieu, le cata.


Petite houle de 80 cm sympa dans la passe. Quelques bords de repérage des patates ("hé mon ami, t'aimes ça les patates ? Avec le willi waller tou thousand six...https://www.youtube.com/watch?v=hJgQCbRsq-I"), y a pas de gros piège si ce n'est les trucs évidents (pas aller surfer le côté où les vagues vont briser sur le reef par exemple), pas trop de courant -> go surf.
Bon alors en 15m² dans 14 nds, faut que je trouve mes réglages pour bien surfer. Aile basse comme à mon habitude, je suis à la fois trop toilé, et en même temps, j'arrive à la déventer dans les cut-back (enfin, cut back, cut back... Faut pas s'enflammer.... En foil hein... !). Le vent étant propre, et les vagues assez lentes et ne brisant pas trop (houle qui fait le gros dos donc qui ralentit, mais sans casser en général), je tente aile haute, et en effet, ça coupe bien la traction, sans pour autant passer sous l'aile et la déventer, donc j'applique pour le reste de la session.
Je me fais une bonne douzaine de "aller, le soleil baisse, celle-là c'est la dernière", puis je croise un requin de récif, puis une dernière, puis comme ça marche bien, une autre douzaine de "t'es en train de tirer sur la ficelle là, celle-là c'était la dernière".
Faut dire que même si les conditions sont pas ouffissimes non plus, y en a des bien sympa, avec la tension du kite qui s'annule, le foil qui accélère vers le bottom, de la carve sans rien dans l'aile, revenir vers la vague (bon, pas un roller à midi non plus) sans se faire écarteler par l'aile...

Je lâche l'affaire tout de même, et retour vers le bateau. Le soleil se couche plus lentement que je ne le pensais, donc une bonne heure à enchaîner les tacks, à aller raser les quais avec les touristes qui prennent l'apéro et font le before, et à aller explorer le reste de la côte au vent de la caye.

Posé dans les mains de ma sœur sur la bande de plage, et fin du trip : le fameux rinçage / démontage d'ailerons / bourrage de boardbag...

Donc du coup le Bélize : why not en destination kite, mais au sens propre comme au figuré, la plage reste étroite : soit t'es en caisson mais faut savoir très bien faire des décollages sketchy (micro spot, décollage pleine fenêtre sans place sous le vent, décollage dans du déventé, drift launch...), soit t'es en boudin (le drift launch est plus facile), mais faut savoir naviguer dans 6-10 nds.
Donc plutôt pour foil. Et avec les sargasses et le light, on sort le foil de race de l'équation.

Le bassin de croisière est très, très cool, donc parfait pour emmener des gens qui ont peur d'être malades en bateau, mais bof bof si t'aimes régater dans 35 nds et 3 mètres de creux. Le pays est cool, trip à coupler avec 2-3 jours de visites de sites Maya dans les terres je pense.
58kg-FS So3 15+9, Boost2 5, Pansh Hawk 6, Kestrel 15+6, Crazyfly Hyper 7 2020
TT Kriss Custom Kookaboora 122x34 et 132x35, Foil Rupel F-1, Crazyfly F-lite 99x44, Snow Nobile Remi Meum 148, Mtb MBS 90
PL arc840, North fabio13 modifiée monopeau

Perrinkite
Messages : 729
Inscription : mer. 22 août 2012 16:06

Re: Bélize en Avril

Message par Perrinkite » jeu. 5 janv. 2023 14:45

Merci pour le récit Xav :cool:
S3 12 DLX, Naish Pivot 7 & 10
surfkite Waves 1.57m, Split Surfkite NEWIND, FireWire Hellfire 5.6

Répondre